Les sceaux chinois


Histoire des sceaux chinois

Les sceaux chinois seraient apparus en Chine au V ème siècle avant Jésus Christ. Le sceau servait à cette époque à authentifier les actes gouvernementaux. A partir du X ème siècle, les lettrés chinois, souvent issus de grandes familles, vont s’intéresser aux sceaux et s’approprier cet art. L’art du sceau concilie, en effet, les arts majeurs pour ces érudits que sont la calligraphie ancienne et la peinture. Le sceau est alors la signature qui marque aussi bien ses œuvres personnelles que les objets lui appartenant (livres en rouleau, peinture, meubles,…). Les lettrés apportent beaucoup de soin à la conception de leur sceau personnel et au suivi de la fabrication du sceau par des artisans spécialisés.
Aujourd’hui les sceaux sont utilisés dans la vie de tous les jours comme signature. L’expression « signez et approuvez votre sceau » fait d’ailleurs partie de la vie quotidienne des Chinois. Après la signature, il faut apposer son sceau pour valider un document légal. Le sceau est apposé sur un contrat, le sceau est nécessaire à la poste pour un recommandé, le sceau est demandé à la banque,…


Similitude avec les sceaux occidentaux

Banalisation des sceaux au cours du temps :
Comme en en Europe les sceaux ont été réservés à l’empereur et à la noblesse. Puis les lettrés s’approprient les sceaux et l’art des sceaux, en Europe ce sont les nobles et les bourgeois. Enfin les sceaux se démocratisent et sont utilisés par toutes les couches de la population.

Le sceau symbole de pouvoir terrestre :
Les sceaux chinois sont carrés comme la représentation de la forme du monde qu’imaginaient les Chinois autrefois. Le sceau était donc également une façon pour l’empereur d’asseoir sa toute puissance au monde. On peut faire la corrélation avec les sceaux du Moyen-Âge occidentaux qui étaient des galettes de cire comme la représentation que l’on se faisait de la terre à cette époque, c’est-à-dire une terre plate et ronde.


Les matériaux des sceaux

Autrefois, la pierre de jade et le bronze servent à fabriquer les sceaux. Pour fondre un sceau en bronze les artisans d’art devaient être extrêmement précis et précautionneux. De même, le jade qui est une pierre très dure est difficile à travailler. La fabrication des sceaux était donc délicate et réservée à des artisans d’art spécialisés. Les fortunés sont les seuls à posséder un sceau.
Le sceau va se démocratiser au XV ème siècle grâce au remplacement du jade et du bronze par des pierres tendres faciles à tailler et à sculpter. C’est à cette époque que la gravure des sceaux gagne ses lettres de noblesses et devient un art comme la littérature, la peinture et la calligraphie. Certains artistes gravent eux-mêmes leur sceau où s’expriment le reflet de leur personnalité. Les textes et les motifs des sceaux s’enrichissent en variété et en originalité. On parle alors de « sceaux fantaisie ». La gravure des sceaux est un plaisir de lettrés raffinés.
On peut trouver des sceaux en bois, en corne, en ivoire, et même en plastique aujourd’hui.


De l’art de la gravure des sceaux chinois

L’art de la gravure d’un sceau répond à des principes de raffinement et des règles d’esthétiques.

La forme du sceau :
Le sceau chinois est un parallélipipède avec le sceau carré à sa base et souvent une sculpture en son sommet (signe du zodiaque chinois, animal,…), et sur chaque face latérale du sceau des dessin ou des textes (poèmes, proverbes,…).

L’équilibre du sceau
: Le sceau se doit de présenter un équilibre entre toutes ses faces. La composition d’un sceau est un subtil équilibre entre le style de calligraphie choisi et la disposition des caractères sur la surface à graver.

La calligraphie du sceau :
Il existe plusieurs calligraphies anciennes utilisées pour les sceaux. La calligraphie communément utilisée ou Tchouan-Tchou, la calligraphie des scribes ou Li-Chou, la calligraphie régulière ou Kai-Chou.
Il faut que la plus grande qualité et le plus grand raffinement soient apportés à chacun de ces principes et de ces règles pour obtenir la fabrication supérieure de sceaux.

La gravure des sceaux :
Les artisans chinois gravent les sceaux en stéatite (pierre tendre) à coups habiles et surs, à la technique dite « au couteau ».

Les motifs des sceaux :
Les symboles des sceaux peuvent être gravés en creux ou « Yin ». Quand on fait un sceau le symbole apparaît alors en blanc sur fond rouge ; Ou bien les symboles peuvent être détourés ou « Yang ». Une fois le sceau apposé le symbole apparaît en rouge sur fond blanc.
Le Yin et le Yang sont complémentaires, et on peut posséder un sceau dans chaque style ou même trouver les deux styles sur le même sceau.


L’encre pour les sceaux chinois

L’encre pour les sceaux est une pâte de couleur rouge. Cette couleur d’un rouge franc apporte une touche de raffinement sur les œuvres qui sont souvent bicolores (papier blanc et encre noire) des peintures ou des calligraphies. La recette pour l’encre pour les sceaux chinois était composée d’huile et d’un pigment rouge stable dans le temps, le cinabre (sulfure de mercure).


Le sceau au quotidien en Chine

L’art traditionnel du sceau chinois est vivant. La discipline de l’art du sceau chinois est enseignée dans les Ecoles des Beaux-arts et dans les universités. Il existe des sociétés de sigillographie (étude des sceaux) dans chaque ville suffisamment importante. Il existe aussi des publications et des journaux avec des tirages importants consacrés à la sigillographie.
Les sceaux sont considérés comme une discipline artistique au même titre que la peinture dans les expositions Beaux-arts.


Un sceau chinois extraordinaire

La meilleure preuve de la vitalité et des passions que suscite cet art ancestral des sceaux chinois est venue de TOULOUSE en France. En effet un sceau chinois s’est vendu 4,7 millions d’euros à une vente aux enchères le samedi 14 juin 2008, un record mondial pour un sceau. Cet un objet extraordinaire représente le pouvoir.
Ce sceau avait été oublié au fond d’un placard. Ce sceau avait appartenu à l’empereur Kangxi de la dynastie Qing (XVII ème siècle). Le sceau est en stéatite, il mesure 14 cm de haut et 10 cm de côté. Le sceau en lui-même est composé d’une calligraphie de 6 caractères « Kangxi Yubi Zhi Bao » signifiant « grand sceau du pinceau impérial sous le règne de Kangxi » et le sceau est surmonté d’une sculpture de 2 dragons dans des nuages.