Les Pigments et les colorants des encres d’enluminures

2ème partie - Les jaunes et les verts


Dans cet article de blog je me suis plus particulièrement intéressé aux matériaux dont se servaient les enlumineurs dans la fabrication de leurs encres d’enluminure.

Les pigments jaunes

 

L’orpiment ou orpin (AsS3 trisulfure de plomb)
L’orpiment est un pigment très ancien que l’on trouve à l’état naturel sous forme de minerai. Il donne en encre d’enluminure un jaune lumineux très utilisé et employé symboliquement comme l’or. Il présente l’inconvénient de noircir en présence de plomb. De plus il est toxique.

Le jaune de Naples (Pb3(SO4)2,Pb(SO3)2 antimoniate de plomb)
Peu utilisé.

Les chromates de plomb et d’étain (PbCrO4, SnCrO4)
Les chromates de plomb donnent des pigments qui vont du jaune citron au jaune foncé. Ils sont couvrants de couleurs assez vives. Ils sont cependant sensibles au contact de pigments soufrés et sont toxiques.

L’ocre jaune (Fe2O3, xH2O)



L’ocre jaune est très utilisé car il est compatible avec toutes les techniques et peu onéreux. Il sert aussi comme assiette pour l’or. En encre d’enluminure il entre dans les mélanges pour donner des verts ternes pour les sols, et les couleurs jaunes orangés.

La gaude (Reseda luteola)


La gaude en fleur

C’est une plante bisannuelle, bien connue des teinturiers qui fournit un colorant jaune à la base de la laque jaune utilisé par les peintres et les enlumineurs.
Attention : La gaude est protégée, sa cueillette sauvage est interdite. Seule la gaude de culture doit être utilisée.
La gaude permet d’obtenir un jaune pur. La gaude servait autrefois en teinture, car la gaude est « grand teint », et s’utilise pour les Arts et l’encre d’enluminure sous forme de laque de gaude.


Laque de gaude

Le safran



Le safran est un crocus d’automne dont les stigmates donnent un colorant caroténoïde jaune. Le colorant jaune vif est utilisé dans les encres d’écriture et en association pour donner de l’éclat. Peu solide. En encre d’enluminure c’est sa laque dont on se sert, mais il reste quand même peu solide.

Le curcuma ou safran des Indes.



Idem safran.

La gomme-gutte (clusiacées)
La gomme-gutte est une résine utilisée tardivement en Europe (1600).


Les pigments verts

La malachite, vert minéral ou cendre verte. (CuCO3, Cu(OH)2)



La malachite est un minerai vert de carbonate naturel de cuivre. C’est une pierre semi-précieuse mais il était très utilisé en enluminure.

La Chrysocolle (silicate hydraté de cuivre, CuSiO3, H2O)
C’est est un minerai de cuivre, bleu vert qui a été utilisé dans les encres d’enluminure dans les débuts de l’enluminure.


Le vert-de-gris ou verdet (acétate de cuivre)
Ce pigment ancien pour l’enluminure était obtenu par l’action de vinaigre sur des plaques de cuivres.
Il donne une encre d’enluminure verte bleutée utilisée pour les arbres.

Le vert d’Espagne ou vert salé (résinate de cuivre)
Ce pigment est obtenu par le chauffage de résine de pin avec le vert-de-gris. C’est un pigment transparent de couleur vert émeraude.
Il est utilisé en enluminure pour les plis sur les vêtements verts ou pour donner de la chaleur et en rehaut pour les plantes et les sols.
Les enlumineurs l’utilisait aussi en mélange avec le lapis lazuli pour les paysages de montagnes.

La terre verte ou terre de Vérone (Silicate alcalin ferreux d’aluminium et magnésium)

 

La terre verte est un pigment ancien qui a été utilisée au début de l’enluminure. Couleur transparente du vert bleuâtre au gris olive. Il rougit à la cuisson pour donner la terre verte brûlée.
Dans les couleurs et les encres pour l’enluminure, on peut ajouter du miel pour éviter les craquelures.

Le vert de vessie ou vert d’épine



Le pigment est issu de la fermentation du fruit mur de nerprun et fixé sur l’alun ou le calcium. Couleur vive mais fugace.
C’est une laque transparente, utilisée en encre d’enluminure pour les plis des vêtures et les rehauts.

Vert d’iris ou vert de lis



Le pigment appelé aussi fécule est obtenu à partir des fleurs d’iris et plus particulièrement des pétales bleus. Il fût utilisée en enluminure, mais est très peu solide.

Mélanges

De nombreux verts étaient obtenus à partir du mélange de bleus et de jaunes par les enlumineurs pour la préparation de leurs encres d’enluminures.
L’ocre jaune et le lapis lazuli ou l’indigo donne un vert terreux utilisé pour les sols.